La traduction incomplète de vos supports multimédia peut nuire à votre image de marque internationale


La maîtrise des meilleures pratiques peut vous aider à choisir la bonne solution de traduction multimédia sur votre site Web.

Les contenus multimédia localisés jouent un rôle important dans le design Web, le marketing numérique et le e-commerce. C'est d'ailleurs la première chose que voient vos clients lorsqu'ils visitent vos sites Web multilingues.

Pourtant, les solutions de traduction de sites Web incomplètes traduisent rarement (pour ne pas dire jamais) ces contenus essentiels. Cet état de fait peut tout simplement ruiner la crédibilité de votre marque. Parmi les contenus « oubliés » par ces solutions :

  • Les images (éléments graphiques contenant du texte)
  • Vidéos
  • Les applications interactives
  • PDF
  • Et plus encore

Négliger ces éléments critiques crée une expérience en ligne discordante, en plusieurs langues, qui déplaît aux clients et présente des risques pour votre marque.

Quels enjeux ?

Des actifs multimédia non traduits envoient un mauvais message à votre clientèle internationale. Cela revient à leur dire qu'ils ne valent pas l'investissement nécessaire qui aurait pu leur donner droit à une expérience en ligne totalement traduite. Le message est négatif.

Les clients vous en voudront.

La plupart d'entre eux délaisseront votre site. Certains ne reviendront peut-être jamais. Aucune marque ne peut se payer le luxe de perdre des clients, surtout si elle fait ses premiers pas sur un nouveau marché.

Détecter une solution incomplète

Comment savoir si une solution de traduction de sites Web est à même de relever ce défi ? Il existe plusieurs moyens pour identifier une solution de traduction inadaptée. Avant de vous engager, prenez soin de vérifier si l'un des points suivants fait défaut au prestataire étudié :

  • Offrir seulement une traduction du texte du site, sans prendre en compte les éléments multimédia.
  • Incapacité totale à identifier les éléments multimédia traduisibles.
  • Distinguer les textes et les contenus multimédia pour traduction. (Ceci n'est pas une meilleure pratique ; le traducteur doit savoir comment ces éléments interagissent visuellement sur la page Web.)
  • Identifier les images à traduire sans interférer sur la traduction elle-même ou sur les activités de production associées.
  • Incapacité de traduire les applications interactives.

Meilleures pratiques

Lorsque vous choisissez une solution de traduction, prenez connaissance des meilleures pratiques à propos de la détection des contenus, les images, etc. :

Détection de contenu

Il est essentiel de choisir une solution qui puisse non seulement reconnaître un contenu multimédia traduisible, mais qui également oriente efficacement chaque élément vers les traducteurs et les graphistes dans le cadre du processus de production.

De plus, vous ne devez pas avoir à dire au prestataire comment trouver un contenu traduisible sur le serveur ou le CMS. Les technologies d'analyse et de détection des changements du prestataire doivent automatiquement identifier un contenu nouveau ou mis à jour et son emplacement en ligne.

Images

Demandez à votre fournisseur de vous fournir des exemples d'images traduites. Chacune d'entre elles doit être dans la langue cible et tenir compte de l'identité commerciale de la marque. L'image traduite doit ressembler à celle créée par le graphiste en amont.

Elle doit aussi être pertinente culturellement, avec notamment des personnes ressemblant à celles de la région visée, si nécessaire.

Astuce : n'intégrez pas de texte dans les éléments graphiques. Superposez plutôt le texte en HTML.

Un délai de traduction rapide est impératif. Pour la traduction des images, un accord de service d'un jour ouvrable fait partie des meilleures pratiques.

Vidéo

Questionnez votre fournisseur sur son expérience concernant la localisation de la vidéo. Les bons prestataires doivent savoir s'il faut utiliser des sous-titres plutôt qu'un doublage.

Pour la localisation des sous-titres, privilégiez un prestataire disposant d'une expertise dans la création de sous-titres chargés dynamiques qui « existent » indépendamment d'une vidéo numérique, mais qui se chargent en mode lecture. Ces sous-titres apparaissent à l'écran de manière synchronisée sans avoir à être intégrés dans la vidéo.

Applications interactives

Les bons prestataires savent détecter un contenu traduisible à partir du code des applications interactives.

Peu importe le langage du code (AngularJS, JavaScript, JSON, etc.), une technologie de détection des contenus permet au développeur de localiser facilement ces expériences.

Fichiers source

Le prestataire attend-il que vous lui fournissiez les fichiers source (comme les PSD de Photoshop) à traduire ? Cela ne devrait pas se produire. Il existe des technologies permettant aux développeurs expérimentés de localiser ces éléments relativement facilement.

Les bons prestataires ne vous demandent jamais les fichiers source pour localiser vos contenus multimédia.

L'importance de la première impression

On dit qu'une image vaut mille mots, mais que dire d'une image contenant des mots non traduits : ce dicton n'a plus aucune valeur. Prenez en compte chaque mot, chaque image, chaque vidéo avant le premier rendez-vous de votre marque avec vos futurs clients. Proposez une expérience utilisateur immersive dans la langue locale afin d'aider votre marque à répondre aux attentes des clients et développer sa notoriété.

 
Articles recommandés